Métro du Grand Paris : la SGP prépare l’étude d’impact globale environnementale

La Gazette des communes

La Société du Grand Paris (SGP), chargée de réaliser un vaste projet de métro automatique autour de Paris, a indiqué le 2 mars qu’elle préparait l’étude d’impact environnementale globale du projet, élément clé des premières enquêtes publiques prévues en 2012.

Son directeur général, Marc Véron, a précisé au cours d’un point de presse que le décret en Conseil d’Etat sur le tracé du métro et les nouvelles gares « sera pris probablement en juin prochain ». En matière d’environnement, il y aura des enquêtes publiques successives en fonction des tronçons, mais l’étude d’impact du métro sera globale et intégrera également les projets qui devront lui être reliés, comme le prolongement d’Eole (RER E) à l’ouest, a souligné Florence Castel, spécialiste de la SGP.

Suite de l’article

Lyon : Stade des Lumières, la guerre du vert

De Xavier Rivoire, pour France Football

«Depuis le début, Jean-Michel Aulas veut que le Grand Stade soit référent en matière le développement durable.» Jean-Pierre Chevallard, principal dirigeant du bureau d’études en charge du pilotage du projet, confirme l’engagement du président de l’OL en matière de développement durable. Volonté profonde ou posture à la mode ? Le débat, dans l’air du temps, embrase les tranchées où sont positionnées les deux parties. «On parle du photovoltaïque sur le toit du stade, mais qu’est-ce qui est durable là-dedans ? Aulas va revendre son électricité», note Joëlle Percet, adjointe verte au maire de Chassieu, commune proche de Décines où doit être érigé le Stade des Lumières. Un connaisseur de cette structure innovante à venir, ne le nie pas : «Evidemment, il y aura de la revente d’électricité d’origine solaire ! Il y a même plusieurs possibilités de partenariats, dont notamment l’une avec EDF.» Comme la loi l’impose.

Suite de l’article

Stains : Le retour des commerces au Clos-Saint-Lazare

De Nathalie Perrier, pour le Parisien

Le fantomatique centre commercial du Clos-Saint-Lazare, à Stains, dont les vingt-cinq boutiques sont depuis des années désespérément vides, va renaître de ses cendres. Hier, l’Etat, le bailleur OPH 93, la ville et l’agglomération Plaine Commune ont signé l’avenant à la convention Anru (Agence nationale de rénovation urbaine) qui prévoit la construction, à partir de 2013, d’un nouveau pôle commercial, à deux pas de l’ancien centre, face à la Maison du temps libre.

Curieusement, bien que situé au cœur de la cité, le centre commercial du square Molière avait été oublié dans la convention initiale de l’Anru. Grâce à cet avenant, il se trouve à nouveau au cœur de la métamorphose du quartier. « Ce pôle commercial est une pièce majeure du renouveau du Clos, se félicite Michel Beaumale, le maire (PC) de Stains. Il était indispensable de rouvrir des commerces de proximité. »

Suite de l’article

Grands projets : l’Europe et la BEI prêtes à soutenir les entreprises

De Alexandre Counis, pour les Echos

La Commission européenne et la BEI seraient prêtes à pratiquer des opérations coordonnées de rehaussement de crédit pour financer de grands projets d’infrastructures. Aider le secteur privé à financer les grands projets d’infrastructures dans le domaine des transports, des télécommunications ou de l’énergie.

C’est l’objectif des « euro project bonds », dont la Commission européenne entend proposer la création d’ici à l’été. Le commissaire aux Affaires économiques, Olli Rehn, a ouvert hier une consultation publique qui permettra, jusqu’au 2 mai, de tester l’appétit des investisseurs pour ce nouvel outil, tout en précisant l’étendue des besoins auxquels il permettrait de répondre après 2013. Bruxelles estime que 1.500 à 2.000 milliards d’euros d’investissements publics et privés seront nécessaires pour financer des routes, des lignes Internet à haut débit ou encore des réseaux électriques intelligents en Europe d’ici à 2020.

Suite de l’article

83 nouveaux projets soutenus dans le cadre du onzième appel à projets

De Emilie Zapaski, pour Localtis

83 nouveaux projets, issus de 52 pôles de compétitivité, vont être financés à hauteur de 76 millions d’euros par l’Etat. Ces projets ont été choisis dans le cadre du onzième appel à projets, lancé en octobre 2010, parmi 185 dossiers présentés. La plupart de ces projets vont également bénéficier d’un financement de la part des collectivités territoriales et des fonds communautaires (Fonds européen de développement régional) à hauteur de 56 millions d’euros. "Le nombre, la diversité et la qualité des projets retenus illustrent l’important élan d’innovation suscité par la dynamique des pôles de compétitivité et le succès de leur mise en œuvre opérationnelle", se sont félicités les ministères concernés (Défense, Travail, Ecologie, Economie et Agriculture) dans un communiqué diffusé ce 1er mars 2011.

Suite de l’article

Une profession, un dénominateur commun : Pluridisciplinarité, Territoire, Recherche-action

De Clm, pour Urbanisme (Formation, professionnalisation, recherche)

La tribune « Une école d’ingénieur peut-elle former des urbanistes ? » a légitimement suscité de nombreuses remarques de la part d’internautes, notamment élèves ou diplômés du Département Aménagement de l’École d’ingénieurs polytechnique de l’Université de Tours. Voici quelques précisions nécessaires pour comprendre le cheminement qui amène à contester le positionnement stratégique du DA de Polytech’Tours.

L’urbanisme est un champ où s’affrontent des groupes sociaux, professionnels et scientifique. Le champ de l’urbanisme (professionnel et/ou scientifique) fait l’objet de convoitises de la part de groupes professionnels et/ou scientifiques qui sont en crise, ou perdent leur magister par la redistribution des cartes induites par les réformes politiques et les changements de contextes socio-économiques récents (crise économique, décentralisation, développement durable, etc.). Plusieurs commentaires sur la précédente tribune contestent également l’existence et la consistance de la profession d’ingénieurs en France et par conséquent le fait que cette profession ait des velléités sur le champ de l’urbanisme.

Suite de l’article

Aéroport de Nantes : "Exploitons ce qui existe déjà !"

De la coordination des 34 associations opposées au projet, pour le Monde

C’est avec consternation que la coordination des associations opposées au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes a pris connaissance de la tribune en faveur de cet équipement, publiée dans Le Monde daté 15 février et signé par cinq élus socialistes de l’Ouest, président de région, de conseil général ou de communauté urbaine. Le plus insupportable dans ce texte est sans doute le mépris qui transpire de ces lignes pour ceux dont on nie jusqu’au droit d’avoir une opinion différente de la doxa dans laquelle se sont englués ces élus.

Ils accusent ceux qui ne partagent pas leur enthousiasme démesuré d’être des "partisans de l’immobilisme" de "promouvoir un modèle social basé sur le refus de toute forme de progrès et le repli sur soi" et les confinent dans "une logique de régression qui pénaliserait les régions où nous vivons, et travaillons leurs habitants, leurs entreprises et leur avenir et celui de notre pays".

Suite de l’article

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 113 followers

%d bloggers like this: