Skip to content

Saint Etienne : Manufacture Plaine Achille, un quartier dédié à la créativité et à l’innovation

2 mars 2011

Zoomdici

L’EPA de Saint-Etienne accompagne l’éclosion d’un campus métropolitain sur Manufacture Plaine Achille, dédié à la créativité et à l’innovation, à travers un important programme d’aménagement, sur plus de 100 hectares.

Confié à l’urbaniste Alexandre Chemetoff, grand prix de l’urbanisme 2000, il se traduit par la reconversion de l’ancienne Manufacture d’Armes de Saint-Etienne et par la requalification de la Plaine Achille voisine. Comme l’explique Nicolas Ferrand, directeur général de l’EPA de Saint-Etienne, « l’ambition est de créer sur Manufacture Plaine Achille une nouvelle centralité de l’agglomération stéphanoise, avec un grand campus urbain et un pôle créatif, où cohabiteront activités économiques et culturelles, étudiants, chercheurs et nouveaux habitants.

Suite de l’article

Paris : Clichy-Batignolles, Le contre-projet

2 mars 2011

De Bertrand Gréco, pour le JDD

Des immeubles d’habitation ne dépassant pas 37 mètres de haut, une nouvelle tour –mixte– en bordure du périphérique, une esplanade au-dessus des Maréchaux, une coulée verte, un pont végétalisé… Le JDD dévoile le contre-projet de la mairie du 17e pour le futur quartier des Batignolles. La maire de l’arrondissement, Brigitte Kuster (UMP), préfère parler de "contribution concrète, crédible et réalisable" ou de "nouveau regard" par rapport au projet de la Ville de Paris, porté par Bertrand Delanoë (PS). L’avenir de cette dernière grande friche parisienne, qui aurait dû accueillir le village olympique, fait polémique depuis l’échec de la candidature de la capitale française pour l’organisation des JO 2012.

L’opération Clichy-Batignolles couvre 54 hectares au nord-est du 17e, délimités par le périphérique, l’avenue de Clichy, la rue Cardinet et le faisceau ferré de la gare Saint-Lazare. Quelque 6.500 nouveaux habitants et 8.000 visiteurs par jour sont attendus d’ici à 2017.

Suite de l’article

Où en sont les TCSP des grandes agglomérations ?

2 mars 2011

De Morgan Boëdec , pour Localtis

Le Certu (Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques) a publié le 25 février un panorama des transports collectifs dans les agglomérations de plus de 250.000 habitants. Un panorama destiné à sonder le poids des transports collectifs en site propre (TCSP), autrement dit les métros, tramways et bus à haut niveau de service.

Sur les 22 agglomérations de cette taille, recensées hors Ile-de-France, cinq sont dotées d’un métro, la moitié d’un tramway. A l’époque où les données ont été collectées (2008), quelques-unes développaient leurs réseaux de bus à haut niveau de service (BHNS), dont on sait qu’ils sont depuis en vogue. Différents d’une ville à l’autre – étendu à Toulouse, petit à Nancy -, les périmètres de leurs transports urbains (PTU) ont, de fait, des densités fort variables. Constat du Certu : là où cette densité est faible au regard de la taille du territoire, les difficultés de desserte sont plus nombreuses.

Suite de l’article

Aménagement de la presqu’île de Caen : trois cabinets d’architecte retenus après appel d’offres

2 mars 2011

Ouest France

C’est le grand projet urbain de Caen et de son agglomération pour les vingt prochaines années. Dans le dossier de l’aménagement de la presqu’île (300 ha), trois cabinets d’architectes viennent d’être retenus après appel d’offres. Il s’agit du groupement AUC/SLETH qui réunit une étoile montante de l’urbanisme, Djamel Klouche ; Leclercq architectes-urbanistes, également associé à l’équipe danoise JDS Archiects qui participe au projet Euroméditerranée à Marseille et MVRDV, agence hollandaise dirigée par Winy Maas, qui fut collaborateur de Rem Koolhaas.

Lire la dépêche

Le petit "bond en avant" du vélo à Lyon

2 mars 2011

De Anne-Caroline Jambaud, pour LibéLyon

Ils étaient là pour faire la promo du plan Modes Doux et Vélos dans l’agglomération… Et certains sont venus en voiture avec chauffeur. Une berline à cocarde tricolore a déposé le maire de Lyon, Gérard Collomb, puis une autre son adjoint à la sécurité Jean-Louis Touraine, pile sur la nouvelle piste cyclable, afin qu’ils puissent enfourcher un Vélo’v le temps des photos de presse et des images télé. Comme si le vélo réveillait des références chinoises, le maire de Lyon a résumé sa politique en faveur des deux roues par la formule : « Nous avons fait un bond un avant »…

Sur plus de 3 km, le long des avenues Foch, Saxe et Jaurès (Lyon 6e, 3e, 7e), les couloirs de bus ont été élargis pour accueillir des vélos, tandis qu’une piste cyclable a été créée en sens inverse. Parallèlement, les voies dédiées aux voitures sont passées de 3 à 2. « Il s’agit du rééquilibrage de tout un axe pour un coût modéré : presque que de la peinture ! » (500 000 € tout de même) souligne Gilles Vesco, vice-président du Grand Lyon en charge des déplacements et des modes doux.

Suite de l’article

Carcassonne : La population invitée à dessiner le futur visage de la ville

2 mars 2011

De G.R., pour l’Indépendant

"Stopper le développement anarchique de la ville". C’est un des objectifs du Plan local d’urbanisme (PLU), présenté en juin 2010, qui sera adopté en juin 2011. Dix ans après la loi qui officialisait le remplacement du Plan d’occupation des sols (POS) par le PLU, la ville va donc enfin se doter du sien. Il faut dire que le POS, qui date de 1983, avait été révisé pour la dernière fois en 1997 !

Depuis cette date, la ville s’était développée de façon anarchique : lotissements disséminés, résidences fantômes, zone commerciale tentaculaire à l’Ouest, désertification du centre-ville… Les aberrations en matière d’aménagement du territoire sont malheureusement nombreuses. « Qu’on arrête de construire des lotissements de six maisons au milieu des vignes, à 8 km du centre-ville, lance Tamara Rivel, adjointe à l’urbanisme, pour résumer l’esprit du PLU. Comment les gens vont-ils vieillir dans des lieux isolés, sans transports, sans services, sans vie sociale ? »

Suite de l’article

Agitations sur le logement en Ile-de-France… et solutions?

1 mars 2011

De Sybille Vincendon, pour Grands Paris et petits détours (Blog Libération)

Et si quelque chose bougeait dans la fatalité de l’impossible logement en région parisienne? Depuis vingt ans, le paysage est celui d’une hausse continuelle des prix, d’un éloignement forcé des ménages vers la périphérie et de difficultés qui touchent désormais les classes moyennes.

Voici pourtant que depuis quelques temps, certains politiques esquissent des pistes, assez inattendues pour certaines. Jean-Marie Le Guen, député PS du XIIIème arrondissement, a ainsi publié une "réponse globale à la crise du logement". On y trouve une demande de décentralisation des politiques logement, confiées à "la responsabilité exclusive d’une autorité future du Grand Paris démocratiquement élue". Pas avare de propositions concrètes, l’élu réclame aussi une transformation massive de bureaux en logements, en particulier dans les "quartiers du centre et de l’ouest parisiens (…) aujourd’hui peuplés de cabinets d’avocats, de conseils de gestion, de finances". Pour y parvenir, Jean-Marie Le Guen préconise de modifier le droit de la copropriété et de créer des incitations financières.

Suite de l’article

Vers les 1 000 Agendas 21 locaux en 2013 ?

1 mars 2011

Les Infos Vertes

47 nouveaux territoires ont reçu leur reconnaissance d’Agenda 21 local France à l’issue de la cinquième session organisée par le ministère de l’Ecologie. Depuis 2007, 188 territoires ont ainsi été reconnus « Agenda 21 local France » et l’objectif est d’atteindre 1 000 en 2013.

Un Agenda 21 local, c’est quoi ? Cette distinction récompense une démarche conduite en concertation avec la population et les acteurs locaux, afin de faire du développement durable le nouveau modèle de développement du territoire à l’échelon le plus proche possible des habitants. L’agenda 21 se caractérise par un diagnostic partagé, une stratégie et un plan d’action pluriannuel. De la commune à la région en passant par les intercommunalités, les pays, les parcs naturels régionaux et les départements, toutes les collectivités sont concernées.

Suite de l’article

Les comportements citoyens, un levier pour la préservation de l’agriculture périurbaine

1 mars 2011

De Maëlle Meralli-Ballou, pour Echos de métropole (CAUE69)

Dans mon précédent article, j’ai présenté les signes de changement dans la considération des espaces agricoles périurbains. Désormais, les documents de planification prennent en compte les espaces naturels et agricoles et les départements développent une politique spécifique en direction des espaces naturels périurbains. Mais, le phénomène de métropolisation est largement le fait de logiques fonctionnelles et d’évolutions sociétales qui dépassent les politiques publiques et les  tentatives de maîtrise de l’espace.

Les systèmes politiques répondent aux mouvements sociétaux, le phénomène de métropolisation est donc appréhendé entre régulation publique et impulsion de la société civile. Ainsi, la protection des espaces agricoles périphériques se construit en parallèle de mutations du comportement des consommateurs et de changements de la profession d’agriculteur. Depuis, un certain temps, nombre d’acteurs dénoncent le système agricole basé sur une surexploitation des sols, une hyper-rentabilité obtenue par l’industrialisation des processus de production.

Suite de l’article

Centristes et démocrates de Lyon estiment que le projet d’OL Land mettrait en danger le commerce indépendant de proximité

1 mars 2011

De Michel Desprot, pour Enviscope

Christophe Geourjon, Président du groupe d’opposition municipal « Centristes et Démocrates pour Lyon » prend position par rapport à l’urbanisme développé par l’exécutif de Lyon. Un urbanisme qui tend à développer des centres commerciaux parfois éloignés de lieux d’habitation ( cinémas de Vaise, Carré de Soie).

Cet urbanisme fait aussi la part belle aux grandes enseignes et aux franchises, très éloignées du commerce équitable et indépendant souvent défendu par la majorité municipale de Lyon. Avec la multiplication des centres commerciaux, on est en effet clairement en présence d’un modèle totalement opposé au modèle de quartiers conservant leurs fonctions multiples conformément à la construction d’une ville durable, comme l’ont rappelé de nombreux échanges lors des récentes Assises Nationales de l’Energie de Grenoble.

Suite de l’article

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 118 autres abonnés

%d bloggers like this: