Aller au contenu principal

Petit regard sur ces cinémas qui reconstruisent les hypercentres.

24 septembre 2010

De Josselin Thonnelier, pour UrbaNews

Pas besoin de s’appeler Kondratiev pour comprendre que la ville, tout comme l’économie, se construit et s’articule autour de cycles, autour  de va et vient, d’avancées et de replis. Autant de mouvements qui  la fondent et qui, sur des périodes plus ou moins longues, vont organiser ses formes et son fonctionnement. Si la tendance était, et est toujours d’ailleurs, à la croissance périphérique des villes et à l’émergence de nouvelles centralités satellitaires à leur noyau historique,  de plus en plus de projets urbains récents tendent à nous dire autre chose.

La ville se cherche. Cherche à réinventer son cœur à partir de ce qui l’entoure. Depuis le début des années 2000, cette quête d’existence, la ville va la trouver là bas, à ses marges, dans ce qui constitue plus généralement sa périphérie. Longtemps synonyme de « non-lieux » du monde urbain, les centralités périphérique, symptômes visibles de la métropolisation des territoires, nourrissent aujourd’hui de leurs expériences et de leurs pouvoirs –n’en déplaise d’ailleurs à Françoise Choay-, les hyper-centres un temps abandonnés, souvent pour partie délaissés.

Suite de l’article

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :