Skip to content

LGV : mettre des rails sous les avions, c’est la ruine !

30 septembre 2010

De Coopain des bois, pour AgoraVox

Mettre les avions sur les rails a été un grand défit technologique du siècle dernier. Le but était de concurrencer le transport aérien par un nouveau moyen de transport ferroviaire à grande vitesse. La première ligne TGV a été ouverte au public le 27 septembre 1981 entre Paris et Lyon. 29 années d’expérience de la grande vitesse ferroviaire permet de tirer un bilan sur la pertinence de ce nouveau mode de transport. 

Le matériel roulant sur rail apparait comme le plus favorable à l’environnement en termes de consommation d’énergie et d’émission de gaz à effet de serre. Pour autant, cet atout pourrait être remis en cause si les impacts négatifs de la réalisation et l’entretien des lignes ferroviaires s’avéraient plus importants que les avantages apportés par le seul matériel roulant.  Toute réalisation ferroviaire nouvelle implique donc de comptabiliser de manière exhaustive les nuisances au cadre de vie des riverains, les dangers à la biodiversité des territoires traversés, (ce que l’on appelle les externalités) d’où l’importance de l’étude sérieuse des enjeux humains et environnementaux lors de la conception. Cette exigence environnementale implique du temps (15 ans d’études pour la LGV Rhin Rhone, des moyens financiers et moyens professionnels humains)

Suite de l’article

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :