Skip to content

Il faut sauver les toulousaines

1 octobre 2010

De Anne Lestang, pour La Dépèche du Midi

Toulouse ne serait pas vraiment Toulouse sans ses toulousaines. On les écrit en lettres minuscules, mais elles mériteraient une capitale. Ces maisons modestes, qui commencèrent à camper leur silhouette sympathique dans les faubourgs au XIXe siècle, sont un précieux témoignage de l’histoire de l’urbanisation toulousaine. Il suffit d’un regard un peu attentif pour rencontrer des toulousaines aux Minimes, à Bonnefoy, au Busca, à Saint-Agne, Saint-Cyprien, Fontaine Lestang…

Mais ce qui attira les occupants des toulousaines du XIXe siècle met justement ces petites maisons en péril. Toulouse reste une « mangeuse d’hommes ». L’urbanisation et la densification constante de l’habitat se soldent par la disparition progressive des toulousaines, croquées par des tractopelles de plus en plus gourmands. Dans les quartiers, on s’émeut de leur sort. Le secteur nord, à forte identité maraîchère, est particulièrement actif. Jean-Pierre Séran, président du comité de quartier de Borderouge, est devenu en quelque sorte « monsieur toulousaine ». Aucun dossier ne lui est étranger. Il demande que les toulousaines à protéger soient inscrites dans le PLU (Plan local d’urbanisme). Ce qui leur éviterait la démolition.

Suite de l’article

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :