Skip to content

La Villeneuve de Grenoble : constat d’un échec

8 octobre 2010

De Dimitri Vivodtzev, pour Suite101

Lorsque le 6 octobre 2010, une vingtaine de jeunes de la Villeneuve à Grenoble ont agressé des contrôleurs dans le tram, l’incident a immédiatement été repris par les médias nationaux. Il y a quelques mois encore, cela n’aurait certainement pas été le cas. Mais entre temps, les tristement célèbres événements du mois de juillet ont érigé la Villeneuve au rang de quartier hautement sensible connu dans la France entière, au même titre que certaines grandes cités de la région parisienne.

La Villeneuve a pourtant une histoire assez différente. A l’origine, elle n’est pas une cité dortoir, une de ces forêts de béton qui ont poussé au milieu de nulle part, totalement isolées du monde extérieur. A quelques minutes de tramway du centre ville de Grenoble, cet assemblement de plusieurs quartiers bien distincts est lié à l’Histoire de la politique de la ville grenobloise. Il fut en effet le « laboratoire social » voulu par le maire socialiste Hubert Dubedout à la fin des années 1960. L’objectif était alors de mélanger des populations de catégories sociales différentes, en faisant cohabiter habitations à loyer modéré et logements accessibles à la propriété. Mais la mixité sociale n’a pas duré très longtemps, et le quartier a commencé à connaître les problèmes inhérents aux grands ensembles, qualifiés parfois de ghettos.

Suite de l’article

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :