Skip to content

Le concept de métropole ne fait plus rêver les grandes villes

1 décembre 2010

De Jöelle Cossardeux, pour Les Echos

Les grandes villes les mieux placées pour adopter le statut de métropole, qui vient d’être institué dans le cadre de réforme des collectivités locales, manifestent peu d’entrain à son égard. Le concept de pôle métropolitain est jugé plus adapté à leurs ambitions européennes.

Certains en parlent déjà comme du flop le plus retentissant de la réforme territoriale récemment adoptée par le Parlement. Le statut de métropole, auquel peuvent désormais prétendre d’emblée huit très grandes agglomérations de l’Hexagone, à l’exclusion de Paris et de l’Ile-de-France, ne soulève plus vraiment la ferveur des élus concernés. Les enthousiastes de la première heure, eux-mêmes, donnent l’impression d’avoir cessé d’y croire. Le Grand Lyon est « la communauté urbaine la plus intégrée de France. Créer une métropole ne nous apporterait rien de plus », estime aujourd’hui Gérard Collomb, le maire socialiste de Lyon et sénateur du Rhône. Alain Ries, son homologue de Strasbourg, est à peine plus convaincu. « Ce n’est pas à la hauteur des ambitions affichées », estime-t-il. Du haut de ses 450.000 habitants, la Communauté urbaine de Strasbourg a pourtant bénéficié d’un amendement sur mesure pour entrer dans ce club où le ticket d’entrée est de 500.000 habitants minimum.

Suite de l’article

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :