Skip to content

Que faire du parc ancien ?

4 décembre 2010

De Catherine Sabbah, pour les Echos

A quarante ans, certains immeubles de bureaux sont bons pour la casse si leurs propriétaires ne se lancent pas dans de grands travaux Démolir ou restructurer ? Vendre ou transformer ? Le plus grand parc immobilier d’Europe attire les investisseurs vers l’Ile-de-France, mais il vieillit. Plus de 85 % des bureaux parisiens, souvent des immeubles de logements transformés, datent d’avant 1975. Les statistiques des autres départements sont rares. Les villes nouvelles et les banlieues conquises plus récemment par la fièvre tertiaire présentent un paysage moins ridé mais souvent moins bien conçu. Aux déficits structurels, constatés dans les années 1990 (hauteur sous plafond trop basse, plateaux trop petits), s’ajoute la difficulté pour les bâtiments construits il y a plus de dix ans à s’adapter aux nouvelles normes thermiques.

Les audits réalisés par les grandes foncières aboutissent à des résultats catastrophiques en termes de consommation d’énergie. En face, les locataires brandissent leur éco-responsabilité et réclament des immeubles verts pour économiser des charges. « Nous avons divisé notre patrimoine, explique le patron d’une foncière cotée. Un tiers doit être vendu vite, un tiers récemment acquis ou de bonne qualité est conservé en l’état. Le troisième… nous attendons et arbitrons au fur et à mesure. »

Suite de l’article

3 commentaires leave one →
  1. Pierre permalink
    6 décembre 2010 09:01

    On peut le penser, mais en ira t-il vraiment ainsi dans les quartiers historiques des villes anciennes où la politique des ABF est, logiquement, protectrice du patrimoine.

  2. Magic permalink
    6 décembre 2010 09:07

    On peut le penser, mais en ira t-il toujours ainsi dans les quartiers historiques des centres villes ou les ABF ont, logiquement, une politique protectrice du patrimoine ?

    • lurbaine permalink
      6 décembre 2010 12:04

      C’est certain… il y a une telle différence entre les techniques de construction actuelle, ainsi que les préoccupations économiques qui vont avec, et celles de la fin du XIX et début du XX siècles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :