Skip to content

Les comportements citoyens, un levier pour la préservation de l’agriculture périurbaine

1 mars 2011

De Maëlle Meralli-Ballou, pour Echos de métropole (CAUE69)

Dans mon précédent article, j’ai présenté les signes de changement dans la considération des espaces agricoles périurbains. Désormais, les documents de planification prennent en compte les espaces naturels et agricoles et les départements développent une politique spécifique en direction des espaces naturels périurbains. Mais, le phénomène de métropolisation est largement le fait de logiques fonctionnelles et d’évolutions sociétales qui dépassent les politiques publiques et les  tentatives de maîtrise de l’espace.

Les systèmes politiques répondent aux mouvements sociétaux, le phénomène de métropolisation est donc appréhendé entre régulation publique et impulsion de la société civile. Ainsi, la protection des espaces agricoles périphériques se construit en parallèle de mutations du comportement des consommateurs et de changements de la profession d’agriculteur. Depuis, un certain temps, nombre d’acteurs dénoncent le système agricole basé sur une surexploitation des sols, une hyper-rentabilité obtenue par l’industrialisation des processus de production.

Suite de l’article

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :